Adresse mail:

ADRESSE MAIL:
contactvttevasionpourpre@gmail.com
Vos mails seront traités par le bureau dans les plus brefs délais.

20.6.16

Cap au Nore !



1ère partie : la Déval'Nore 

Nous étions 3 Pourpres pour cette 20 ième édition de la Cap Nore. Pour fêter cet anniversaire ... et notre venue ;-)  les organisateurs ( et la météo ) avaient  "corsé" les circuits pour en faire un moment inoubliable : gagné !
Départ de Creysse samedi à 6h  et arrivée  vers 10 h à Villegly  dans l'Aude ( à 12 kms de Carcassonne ) sous un ciel sombre et menaçant . C’est néanmoins , joviaux et  martiaux,  que nous allons récupérer nos précieuses plaques pour la Déval’Nore. Nous sommes  impressionnés par  le dispositif quasi professionnel  du club organisateur qui ne compte pas moins de 276 licenciés FFC ! On s'étonne que notre pièce d'identité soit conservée car  il n y a pas de transpondeur à rendre. On nous répond que  c'est une sécurité qui  permet de s'assurer que chaque participant .. est bien revenu et n'est pas dans un ravin ou accroché à un arbre ! la pression monte ... d'autant qu'à la sortie on aperçoit une ribambelle de camions de pompiers , secouristes et même un 4x4 du GIMP ( Groupement d'Intervention en Milieu Périgueux ... euh ... Périlleux   ) ... Hervé se précipite sur son VTT vérifier ses freins et s'assure que  la couverture de survie que lui a donnée sa femme est bien dans son camelback. Lolo m'indique son groupe sanguin ( écrit sur son casque )  au cas où ....
Je sens l'inquiétude monter.  Les  380 "descendeurs" déambulent  sur l'aire de départ . On voit beaucoup de magnifiques VTT très suspendus  avec des pilotes très  " Robocop" .  Hervé s'enquiert alors  auprès d'un responsable de la faisabilité du parcours en semi ( remorque ) très  rigide : " pas de problème , faut juste être attentif , surtout à cause des rochers humides" lui dit on.

A 11h , commence le chargement des vélos dans les camions et les remorques et c'est alors que le soleil se pointe . L'atmosphère est festive  , ça papote, déconne , chambre  dans tous les coins.
Puis à 12h45 c'est le briefing de départ . Eric Alex Davaine  est à la manoeuvre.  Il chauffe " la salle " et tout le monde piaffe d'impatience pour en  découdre avec les 1500 m de D- et 500 m de D+ sur 30 kms. A 13 h tout ce petit monde se précipite dans les 6  cars  et c'est la lente ascension ( 3/4 h  ) en cortège vers le Pic de Nore. En l'espace de 5 kms le paysage change complètement . On passe sans crier gare de la "morne plaine"  à la presque " haute montagne" : impressionnant ! , on ne s'attend pas à cette métamorphose radicale. On avait oublié qu'on est  dans la Montagne Noire qui porte bien son nom.  A peine descendu du car chacun part à la recherche de sa monture , fait les vérifications de dernière minute. C'est tout juste si on prend le temps d’apprécier le paysage et l'instant magique d'être là, même si certains tiennent à marquer leur territoire .( on aperçoit sur la photo les éoliennes au pied desquelles on va passer )

Puis on part faire la queue ( on nous lâche par petites grappes d'une dizaine ) pour enfin s'élancer à la conquête de l'ivresse tante à tendue . La tante a été longue  ( 4 h entre l'arrivée à Villegly et le top départ ) mais l'oncle est quand même heureux car tout ce cérémonial participe du caractère " extra  ordinaire " de l'évènement .
 14h,  ça y est enfin , les chevaux sont lâchés et les cheveux volent au vent . J'avais prévenu les copains que le samedi il fallait descendre en  " mode découverte " cool pour bien se familiariser avec le terrain et reconnaitre les passages piégeux et pierreux  mais ...  c'était bien mal connaître notre président ! Il avait rajeuni d'un coup de 30 ans et c'était un jeune chien fou que rien n'y personne ne pouvait arrêter . Dans les singles et les épingles  de la première forêt traversée je l'entendais crier " Yaouhhhhhhh  !!!!!  " les plaquettes couinaient  , rougissaient  et on pouvait le suivre " à l'odeur " de brulé . Lolo lui aussi n'a pas tardé à me doubler et dévaler "à tout à l'heure" les pentes du Pic de Nore , son groupe sanguin écrit au feutre un des débiles  sur le casque ( on va pouvoir le surnommer désormais :  " l'abbé plus " ).
Toute la première partie est assez roulante sans trop de caillasses et ça descend , ça descend, ça descend  à n'en plus finir à travers une forêt et  on en vient même à souhaiter un peu de  " faux plat " voire même de montée pour se détendre et pédaler. J'avais fait le choix de prendre le Big Fat pour son côté ludique , certes un peu pataud mais tellement sécurisant avec ses énormes pneus . Je ne regrette pas ce choix mais  avec une fourche rigide ça tabasse énormément et les bras en prennent  un coup. Je m'arrêterai deux fois pour dégonfler ( et pourtant je ne le suis pas ) pour finir à 340 grammes derrière et 230 grs  devant : ça n'aide pas dans les côtes mais sur la caillasse "on flotte" et ça pardonne bien des fautes de pilotage.
 ( photo achetée à un photographe de l'organisation)
On se retrouve,  les 3 compères, en bas de cette première grande descente , tout émoustillés et hilares par cette chevauchée fantastique . Le soleil est radieux ... comme nous . Elle est pas belle la vie ?
En levant la tête on aperçoit les éoliennes qui seront tout au long de ce weekend  notre point de repère.

On lève la tête , car oui , car maintenant il va falloir quand même grimper un peu : c'est la première difficulté du parcours . Un single assez technique  qui monte quand même pas trop raide ( tout est faisable )  le long et parfois ,dans,  un petit ruisseau . Ce secteur est technique et c'est un vrai régal  malgré la difficulté car on est frais et plein de bonnes résolutions . Chaque passage critique est un défi et source de satisfaction quand on en vient  " à boue " .  On se marre  quand on double les Robocop qui pleurent leur mère en poussant leurs lourds engins et transpirent à grosses gouttes sous leur casque intégral. Ils prendront leur revanche un peu plus loin dans les descentes pierreuses !
Quand on arrive au sommet de cette bosse on entend au dessus de nos oreilles les éoliennes ronfler. C'est sympa de se retrouver au pied de ces géantes  . Nous aussi on a l'impression d être des "grands" . Et puis c'est reparti pour un autre tour de manège . La deuxième partie descendante s'annonce  beaucoup plus difficile car cette fois c'est à travers les rochers qu'il va falloir slalomer . Un panorama magnifique s'offre à nos yeux  . Nous sommes les rois du monde, juste l'espace d'un instant car quand on attaque les rochers on se sent de suite un peu plus humble .  Mais ça passe presque partout , même si il faut parfois s'y reprendre à plusieurs fois ou se résoudre à déchausser. La confiance vient petit à petit avec les obstacles passés. Hervé se surprend lui même , il a débranché le cerveau ( probablement le manque d oxygène )  et n'hésite pas à passer des difficultés qui l'auraient tétanisé il y a quelques temps.

Lolo lui est habitué à la chose et se faufile un peu partout les doigts dans l'nez.
et moi , bien que ça soit la 5 ième fois que je fais cette descente je suis toujours autant émerveillé . C'est vraiment le pied de dévaler ces sentiers qui nous offrent des points de vue magnifiques , des sensations merveilleuses , des occasions de se perfectionner en pilotage , de prendre aussi quelques gadins il faut bien le reconnaitre et tout çà dans une odeur de"  garrigue occitane "  ou le thym t'en n'as pas marre .

On arrive au pied de la seconde grosse bosse . On assure , on pédale certes sur le plus grand pignon mais on se fait un doigt d'honneur à ne pas " pauser "  ... pied ta terre .   Enfin on pédale mais seulement jusqu'à la nouveauté 2016, la surprise du chef traceur  . Là,  impossible de ne pas pousser ou porter sur une centaine de mètres. Hervé jubile ... car il avait pris soin de mettre de gros crampons de rugbyman  sous ses chaussures . Il passe donc "en danseuse"  .   Ce portage n'est pas bien long ni trop  pénible et il nous offre ensuite une descente  technique qui est un vrai régal . Et ça sera comme ça quasiment jusqu'à l'arrivée . Les traceurs ont exploité le moindre recoin intéressant . Jusqu'au bout on aura de belles surprises , avec des singles de rêves , des traversées de ruisseau ,  des pifs, des pafs et parfois quelques ploufs de notre part .  Deux heure et demie après on arrive  tout ébouriffés  à Villegly . Déjà fini ?
Passage obligatoire  sur le podium : ça l'fait !

Et voilà c'est terminé . On demande si on ne peut pas refaire un tour gratuit et on s'inscrit pour le 60 kms du lendemain . Prudents et un peu inquiets on s'était dit qu'on attendrait d'avoir terminé  la Déval pour  voir si  on était encore entier et nos VTT opérationnels pour s'inscrire à la rando d'or du dimanche .
Direction ensuite le gite qu'Hervé nous avait déniché grâce à un cousin facteur dans le coin . Un magnifique château avec une chambre de 3 pour 20 € chacun , possibilité de cuisiner ou et manger sur place en compagnie de nombreux autres vététistes des 4 coins de la France . On s'est fait ... des spaghettis accompagné d'un vin du Minervois qui ne nous a pas MineHervé .

Fin de la soirée avec Portugal Au triche qui a vu s'éteindre avant le coup de sifflet final des Pourpres bien fatigués et repus de si bons moments.
Dimanche est un autre jour ... un tout autre jour ...  Je vous le conterai dans un prochain épisode car j'ai été déjà bien long mais bon y'avait des choses à  partager .
Les autres photos du samedi ici
les photos ne sont pas représentatives de la totalité du circuit . Je ne me suis arrêté que 2 fois pour faire des photos car on avait plus envie de dévaler que de prendre la pose pour la prose . Il y aussi de très nombreux singles en forêt . 

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Magnifique merci domi
GG

philippe gaultier a dit…

Toujours à la cime du compte rendu Domi 😌

Anonyme a dit…


Le premier qui fait un commentaire sarcastique sur mes genouillères a intérêt à mettre une coquille quand il me croisera . A bon entendeur salut , pas vrai Alex ;-))
dominique

laurent veyssiere a dit…

du nectar ton récit,génial!!!

Guastavino Herve a dit…

Je me bidone...
Aie !!! Ça me fais réapparaître les crampes.. J'ai mal Domi !!!!

Alex a dit…

J'ai réalisé cet après midi que j'y étais il y a 10 ans, pour la descente du samedi et le 80 du dimanche. Des souvenirs énormes que tu as ravivé Domi. Quand a ce que tu as pu lire sur Facebook,j'ai dû me faire pirater mon compte ....

Anonyme a dit…

Ok Alex , je veux bien faire semblant de croire que ton compte facebook a été piraté, alors tu es à moitié pardonné. Un coquillette devrait suffire ;-)
Dominique